Photo: Sylvain

En général, il ne faut pas grand chose pour faire enrager un Français; on a le sang chaud! Alors attention, quand on nous prend la tête, « oulala » notre niveau d’arrogance et de suffisance part en flèche. On devient tellement furieux qu’on se bourre de baguette et de fromage qui pue sans oublier de préparer une manifestation à rendre jaloux les membres les plus actifs de la CGT.

Si vous avez envie de vous mettre les habitants du pays le plus romantique au monde à dos, suivez ces quelques conseils et votre succès sera assuré!

Partez du principe que mon père a une maîtresse

Désolée de vous décevoir, mais non, non il n’a pas de maîtresse. En passant, si c’était le cas, je pense pas que vous en parlerais… J’ai du respect pour ma mère, moi!

Alors, soyons clairs et démystifions cette rumeur ridicule: les Français, hommes et femmes, ne se lancent pas dans des relations amoureuses sérieuses pour mieux tromper leur compagnon. Sachez également que les habitants d’autres pays du monde sont tout aussi infidèles que les Français et que ce genre de pratique n’est pas plus acceptable ici qu’ailleurs.

Il est vrai que le scandale qui a fait surface en début d’année à propos de notre Président de la République traversant Paris en scooter – tel un livreur de pizza sous hormones – pour se faire un 5 à 7 bouillonnant avec sa maîtresse n’aide pas beaucoup notre réputation.

Pensez qu’on vient tous de Paris

À chaque fois que je reviens d’un séjour en France, je croise immanquablement le chemin d’une âme bien intentionnée qui s’empresse de me demander: « Comment s’est passé ton séjour à Paris? »

« Je ne suis pas allée à Paris. »

« Oh, je pensais que tu étais partie rendre visite à ta famille et tes amis en France…? »

« Oui, j’étais en France, mais j’habite à 5 heures de Paris, environ 450 kilomètres à l’ouest. »

Il y a 65,7 millions d’habitants en France et je vous le donne en mille: ils ne vivent pas tous à Paris! Certains d’entre nous (environ 63 millions) sont dispersés dans le reste du pays où l’herbe est bien plus verte (au moins nous on sait à quoi ressemble un carré de verdure). Rien de tel que de prendre un provincial pour un Parisien pour déclencher en lui une vague de colère; en règle général, les provinciaux n’aiment pas les Parisiens (et ils le leur rendent bien), ou plutôt, ils n’aiment pas leur style de vie, la façon dont ils conduisent, leur attitude impolie et le fait qu’il les prennent pour des paysans tout droit sortis de leurs ferme (sabots inclus).

Faites-nous passer pour des privilégiés

Oui, on aime faire la grève et, oui, on aime manifester. On adore passer des après-midis entiers dans les rues de notre bon vieux pays à nous battre pour nos droits fondamentaux. Les jours de « manif’ », on emmène nos enfants avec nous et on fait l’éloge de la décapitation par guillotine de certains membres de notre gouvernement. Nous traiter de pleurnichards ou de socialistes furax ne changera pas la donne, on adore faire des pancartes aux slogans barbares et paralyser le pays tout entier pendant des semaines.

Alors si vous voulez nous gonfler comme il faut, dites-nous que nous sommes une bande de privilégiés. Dites-nous que vous aimeriez vous aussi ne pas avoir à payer des centaines de milliers d’euros/dinars/dollars/roubles, etc. pour faire des études. Dites-nous que vous aimeriez avoir le même système de santé que le notre, mais n’oubliez pas de préciser que toutes nos revendications vous semblent ridicules. Ces avantages ne nous sont pas tombés tout cuits dans le bec et ils ne tomberont pas tout cuits dans le votre.

Suggérez que la nourriture est tout aussi bonne dans d’autres pays

Si la cuisine française a une réputation d’excellence dans le monde entier, eh bien, c’est mérité (rien ne surpasse une bonne boulangerie). Nous sommes très fiers de nos petits plats et un peu xénophobes quand on entend quelqu’un faire l’éloge des talents culinaires d’une autre contrée, au risque de nous faire piquer notre médaille d’or.

Mon père: « Qu’est ce que vous mangez au Canada? »

Moi: « Plein de bonnes choses. J’ai fait un gâteau aux carottes l’autre jour. C’était délicieux. »

Mon père: « Un gâteau aux carottes? N’importe quoi! Ils peuvent pas utiliser du chocolat comme tout le monde? »

Moi: « Ils font aussi des gâteaux au chocolat, tu sais… » (C’est vraiment pas le moment de parler de ma recette de feuilles de choux frisés déshydratées).

Faites savoir que vous êtes végétarien

Les Français n’ont toujours pas incorporé ce terme fascinant à leur vocabulaire.

« Tu manges du poisson? »

« Non, le poisson est un animal, je ne mange pas d’animaux. »

Après vous avoir dévisagé et inspecté de la tête au pied avec un regard qui en dit long sur votre santé mentale: « Tu manges quoi alors? »

Un bon moyen pour ne pas vous faire interner illico-presto à l’hôpital psychiatrique le plus proche est de prétendre que vous ne mangez pas. Par-dessus tout, ne parlez de tofu: vous risquez l’euthanasie précoce.

Vous devrez alors faire face aux conséquences de votre confession pendant le reste de votre séjour: on vous posera des milliers de questions sur votre éthique plus que douteuse, sur les pratiques étranges de la secte à laquelle vous appartenez, et on ne vous servira que des haricots verts et des patates au beurre. Bon appétit!

Soyez le premier à laisser un commentaire